[Outil du mois #1] Les dépliants Maman Rodarde

L’été arrive et avec lui l’envie de faire davantage vivre ce blog. La raison d’être de Grandir Égaux est de former et d’outiller les adultes, parents et professionnel-les, pour éduquer les enfants libres des stéréotypes et égalaux (je tente un néologisme !) quelque soit leur genre. J’ai donc envie de vous proposer ici, une fois par mois, un outil qui peut être utilisé en structure ou en famille pour déconstruire les stéréotypes ou tout simplement ne pas les transmettre.

Et pour démarrer en beauté, quoi de mieux que les super dépliants de Maman Rodarde, un de mes outils favoris car il allie une grande facilité d’utilisation et une efficacité redoutable !

Les contre-exemples à la rescousse

Ces petits dépliants utilisent un mécanisme traditionnel de la lutte contre les stéréotypes : les contre-exemples. En effet, les stéréotypes sont des généralisations abusives ou obsolètes et les contre-exemples sont un très bon moyen de prouver qu’elles sont fausses. Lorsqu’un-e enfant déclare que “les cheveux longs c’est un truc de fille”, lui demander “mais, tu ne connais-pas de garçon qui ait les cheveux longs, toi ?” – éventuellement en l’aidant à se souvenir de la belle chevelure de tel ou tel homme de son entourage – est un moyen très efficace de faire prendre du recul et désamorcer le stéréotype.

Mais ce qui fait l’originalité de ces dépliants c’est que la créatrice utilise les contre-stéréotypes comme arme (super pacifique) d’auto-défense pour les enfants qui ne se conforment pas aux stéréotypes de genre. Dans mes échanges avec les parents et les professionnel-les, la peur de la moquerie revient souvent. On aimerait laisser les enfants complètement libres d’explorer et expérimenter en dehors des normes de genre mais on craint, souvent à raison, que l’enfant soit exclu-e à cause de cela.

Accompagner les enfants qui ne se conforment pas aux normes de genre

C’est ce qu’a vécu la créatrice des dépliants. Petit, son fils aimait mettre de temps à autre du vernis à ongles. Puis, il s’est progressivement arrêté à cause des regards et des remarques. Elle a alors eu l’idée géniale de ces petits dépliants qui se glissent dans la poche et peuvent être sortis à la moindre occasion. Par la suite, elle a généreusement décliné ce concept sur tout un tas de stéréotypes. Ils sont téléchargeables gratuitement en format PDF sur son blog, ici pour les garçons et ici pour les filles et incluent les questions de transidentité.

Ces dépliants ne se substituent pas à une conversation avec son enfant pour l’accompagner dans son choix de faire ou porter telle ou telle chose en public, en privé etc. Il ne s’agit bien sûr pas de le/la forcer à faire quelque chose qui le/la mettrait mal à l’aise mais de lui proposer un outil qui, peut-être, lui donnera le coup de pouce nécessaire pour s’affirmer face aux autres enfants et adultes de son entourage.

En structure, avoir ces dépliants à portée de main est un appui précieux pour réagir lorsqu’un stéréotype est exprimé voire pire qu’un-e enfant est moqué-e. On peut tout à fait prévoir d’en offrir un exemplaire à un-e enfant en particulier si cela s’avère nécessaire. Car le dernier avantage de cet outil est son accessibilité : il suffit d’avoir une imprimante, une feuille A4, une paire de ciseaux et les dépliants sont à vous !

– Noémie